IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topicStart Poll

En ligne · [ Standard ] · Linéaire+

> Quelques Pensées

Pistolero
post 04/03/2009 13:53
Message #1


Orc
***

Groupe : Membres
Messages : 412
Inscrit le : 01/11/2002 15:59
Lieu : Finistère, en attendant le Canada bientôt !
Membre no. 138



Préambule.

Nous nous sommes connus pendant nos études. Ou plutôt, quand nous avons failli rater nos études. C’est assez bête, cela s’est fait sur un malentendu. Une de ses amies était certaine de m’avoir déjà croisé, et elle est venue me demander pour le compte de cette amie si nous avions quelques antécédents communs. Ce n’était pas le cas. Je la trouvais sympathique, un caractère fort avec un humour fou. Étant devenus amis, elle m’avait épaulé pendant des moments difficiles, notamment suite à une rupture.
Puis, le 16 février 2003 au soir, pendant un film, elle s’était retrouvée dans mes bras et nous nous sommes embrassés. Nous n’avons jamais su qui avait pris l’initiative, c’était venu si naturellement ! Nous en débattions régulièrement depuis, c’était devenu une plaisanterie entre nous.
Quelques jours plus tard, lors d’une soirée d’anniversaire, nos amis l’ont appris. Notamment celle qui était à l’initiative de notre rencontre et qui se doutait que ça arriverait (elle nous avait déjà taquiné sur ce sujet). Même mon ex a finit par me dire qu’elle se doutait que ça finirait ainsi, tellement nous étions proches.
En avril 2002, lors de notre rencontre, j’étais à mille lieux de me douter que nous en arriverions là. Je ne l’avais même pas envisagé au soir du 16 février 2003.


Première et seconde années, le bonheur.

C’était venu naturellement, mais notre relation grandissait aussi très naturellement. Nous étions fou amoureux, partageant humour, peines, espoirs, goûts, projets. Sur nos différences, nous apprenions et échangions. Au final, on se complétait bien.
Elle avait réussi à me faire arrêter de boire, à me faire moins fumer. De mon côté, j’avais réussi à ce qu’elle devienne fumeuse… Malgré cette petite bourde, le constat était positif, nous étions heureux.
J’avais obtenu mon diplôme, elle devait repasser le sien. J’ai eu un accident, immobilisé cinq mois. Nous nous sommes épaulés et malgré quelques petites tensions, nous avons finit par en tirer du positif.
Avec le stress des études en alternance et mon accident, j’avais pris plus de 40 kilos sur deux années. J’en étais désolé, mais elle m’a rassuré. Elle avait coutume de dire qu’elle adorait le coussin que je lui faisais et j’aimais ça. C’est bête parfois, ce qu’on peut dire ou ce qu’on peut aimer chez l’autre.
J’adorais son côté femme enfant, son innocence, sa crédulité. J’adorais le sourire qui illuminait son visage. Elle n’était pas tés belle, comme moi, mais nous semblions fait l’un pour l’autre, s’acceptant comme nous étions. Nous étions persuadés d’être faits l’un pour l’autre.


Trois ans, le cap.

Je m’étais remis de mon accident. J’avais trouvé du travail, nous faisions des projets. Dés qu’elle aurait du travail, nous devions économiser pour nous installer ensemble.
En attendant, j’avais acheté une voiture. C’est bête comme ça, mais ça nous donnait plus de liberté, nous pouvions aller ensemble où nous voulions, quand nous voulions. Nous avions opté pour une grande berline, que nous devions garder longtemps. Elle allait avoir 24 ans, moi j’en avais juste eu 23. Nous commencions à songer fiançailles, à projeter une vie ensemble, des enfants dans un avenir indéfini. Cette voiture était une étape, devait suivre nos premières années de vie ensemble et supporter des enfants. Beaux projets…
Tout allait pour le mieux.


Quatre ans ensemble, premiers doutes.

2007 fut l’année des quatre ans de notre couple. Ce fut aussi l’année des doutes. Finalement, elle n’avait trouvé du travail que mi-2006. Cela retardait notre installation, faute d’économies et de revenus.
Son travail était stressant, la mettant sur les nerfs. Nous avons commencé à avoir quelques disputes récurrentes. Elle me reprochait de ne pas m’engager plus en avant, chose que je ne voulais pas faire sans avoir une situation nous le permettant. Je lui reprochais son agressivité, ses prises de distance. Ce n’était que quelques coups de semonce au départ, nous finissions toujours par nous réconcilier rapidement.
Puis c’est devenu de plus en plus fréquent. Nous avons fait une demande de logement grâce au CE de mon entreprise, mais les résultats n’étaient guère probants. Une seule visite en un an, un logement pourrit qu’elle aurait voulu prendre pour que nous habitions ensemble. J’avais refusé, car cet appartement était vraiment impossible à aménager. Après quelques disputes supplémentaires à ce sujet, nous étions arrivés à un consensus.
Puis elle a eu assez d’ancienneté pour faire une demande de logement au CE de son travail. Elle a tardé, je ne comprenais pas pourquoi. Elle était stressée, suite à l’annonce du rachat de l’entreprise où elle travaillait. Elle a finit par faire cette demande de logement, une fois le rachat effectif.
Là, l’espoir est revenu. Des visites, des logements intéressants. Mais nous prenions de la distance l’un envers l’autre. Nous en étions venus à nous engueuler parfois en public, devenants intransigeants sur les défauts de l’autre. C’était nouveau.
Puis elle a commencé à voir un psy. Je voyais ça positivement, pensant que ça l’aiderait à gérer son stress, son agressivité. Pensant que ça aiderait notre couple. Ne me rendant pas compte à quel point les antidépresseurs allaient la changer. Ca faisait un moment que je savais qu’elle allait mal, que j’essayais de l’épauler. Je fatiguais, devenant moi aussi agressif.
Cette fin 2007 et ce début 2008 étaient déstabilisants. Mais nous nous aimions encore et avions de l’espoir et des projets.


2008, nos cinq ans. Rêves, réalisations.

J’en arrivais à me demander si je désirais vraiment vivre avec elle. Nous avons fêté notre cinquième anniversaire, quelque peu morose.
Notre couple battait de l’aile, ça se voyait. Mais nous nous aimions, ne comprenant pas ce qui clochait. Nous sommes restés ensemble.
En mars, un vent de renouveau à soufflé. Nous avions visités un logement qui nous plaisait, avions déposé un dossier. Nous attendions le résultat et ce vent de renouveau s’est vite transformé en stress, puis en agressivité pour l’un et l’autre, comme toujours pendant cette période.
Puis la réponse est arrivée. Euphorie, tout allait bien. Nous devions signer le 28 avril. Suite à quelques petits accrochages, je lui ai demandé si elle était certaine de vouloir vivre avec moi. J’aurais dû comprendre que cette hésitation d’une ou deux secondes était un mauvais présage. Pour ma part, je l’aimais, je voulais y croire et vivre avec elle. J’échafaudais des projets.
Nous avons signé, avons emménagé. Le climat variait entre l’euphorie et l’agressivité, nous étions distants. Elle se désengageait de cet appartement, ne s’investissait pas dans l’aménagement, la décoration. J’y voyais la fatigue.
Mais je doutais de plus en plus, notre couple s’effritait.
Vint le moment où elle m’annonça qu’elle ne savait plus où elle en était. Engueulade, elle est partie une semaine faire le point, me laissant entendre qu’à son retour ce serait surement finit. A son retour, nous avons parlé, décidant d’essayer encore car même si elle n’était plus certaine de ses sentiments à mon égard, nous ne désirions pas jeter plus de cinq ans de nos vies sans au moins essayer de tout remettre en ordre.
Un mois plus tard, tout allait basculer.


La fin.

Un mois d’enfer, entre engueulades, distance, prise de tête. Nous étions tout les deux fautifs. Nous étions sur les nerfs.
Vint ce samedi 5 juillet au soir. 20h30, nous nous engueulons. Nous devons aller à une soirée, étions en retard, devions aller acheter des clopes, de l’alcool. Dans l’emportement, elle s’en prend à la voiture, je la traire de pauvre conne. Nous avons été trop loin, moins de 10 minutes plus tard je m’excuse pour désamorcer la situation. Elle me demande comment je fais pour la supporter, car elle sait qu’elle a mauvais caractère et que je commence à m’essouffler.
5 minutes de discussions plus tard, elle m’annonce qu’elle ne m’aime plus. Tout se passe calmement, je suis au volant et nous allons vers cette soirée. Elle me dit qu’elle a toujours de l’affection pour moi, mais plus d’amour. Je suis un peu perdu, mais sait que je l’aime encore, quoique mes sentiments sont assez faibles.
Je suis quelque peu perdu. D’un côté, je suis soulagé que ce calvaire s’arrête, de l’autre j’aurais voulu continuer car je croyais encore que les choses pouvaient s’améliorer. Je ne savais pas comment, mais j’y croyais.
Puis je me suis rendu compte qu’en réalité, le soulagement masquait le fait que j’avais envisagé à plusieurs reprises de la quitter. Je me voilais la face, tout simplement.
J’ai passée une soirée aux abonnés absents, ne réagissant que par courtoisie à mon entourage et sans réellement comprendre ce qu’on me disait. Quelques coups de poignards dans le cœur quand on m’a présenté à des inconnus comme étant le « compagnon de Claire ».
Nous sommes rentrés, évitant le sujet mais tournant autour du pot. J’étais un peu amorphe.


Les mois suivants.

Je me retrouve quelque peu paumé, ne sachant pas quoi faire. Pour le moment, je suis plus à bouts de forces qu’en colère. Elle aimerait qu’on reste amis.
Je dois chercher un logement, mais elle me laisse le temps. Je me retrouve avec une vie bâtie pour deux. Une voiture que je ne peux assumer seul, sauf à aller habiter chez ma mère. Je vais devoir la revendre, espérant que le montant de la vente couvrira le crédit restant. Ce n’est pas certain.
Elle me laisse le choix entre ? Soit je reprends ce que j’ai acheté pour « notre » appartement, soit elle me rembourse. Je pense opter pour cette seconde solution.

Mes insomnies sont revenues. Je passe de périodes où je me noie dans le sommeil à des périodes où je reste désespérément éveillé, obligé de laisser mes pensées m'envahir. Je me sent fatigué et manque d'entrain. Je ne sais pas quoi faire, comment réagir quand elle est à côté de moi, dans ce qui aurait dû être "notre" appartement.

Cinq ans, quatre mois et une poignée de jours. Voilà ce qu’aura duré notre relation. Et maintenant, je suis dans l’incertitude. Advienne que pourra.


Epilogue, 8 mois plus tard.

Nous sommes devenus colocataires. Le climat est plutôt bon, nous sommes redevenus les meilleurs amis du monde. Mais nous nous connaissons trop bien, ce qui engendre quelques accrochages.
Je sais que je dois partir, mais n’en aie ni l’envie ni le courage. Ce serait comme de tirer un trait définitif sur tout ce qui s’est passé, de redevenir enfin un célibataire. Pourtant, je le suis, célibataire ! Mais je ne réalise pas encore bien, trop ancré dans les habitudes, trop habitué à l’avoir à mes côtés.
Et j’ai appris que je n’étais pas plus doué qu’avant avec les femmes… Sans dégât pour qui que ce soit, heureusement. Seulement quelques espoirs vains, s’emballer sur des bêtises et rester au point mort. Fort heureusement au point mort, car si j’avais joué le tout pour le tout, je m’en serais mordu les doigts à coup sur.
Cette incertitude me mine, la fatigue est devenue mon lot quotidien, avec le sommeil perturbé. Mais l’inertie est rassurante, quand on ne sait pas vraiment que faire. Et avoir une présence avec soi est plaisant.
Elle n’attend plus qu’une chose, que je parte. Elle a tenté de refaire sa vie, sans succès. Je sais qu’elle aussi souffre de cette attente. En fait, habiter sous le même toit nous rassure tout les deux, mais nous empêche également d’avancer. A tel point que pendant une (mauvaise) période, des doutes se sont immiscés sur une éventuelle attirance l’un pour l’autre… Comme de bien entendu, ce n’était que les réminiscences du passé et une mise au point conjointe à tout dissipé.
Une amie qui doit se reloger m’a même proposé une colocation, mais je n’ai pas envie de supporter quelqu’un d’autre (ou d’obliger quelqu’un d’autre à me supporter). C’est décidé, je me lance seul face à ce monde, je vais faire un bout de chemin en solitaire le temps de me remettre sur pieds.
Advienne que pourra, encore et toujours, mais j’ai appris avec le temps qu’il advient toujours de bonnes choses et des mauvaises, qui s’équilibrent. Je n’ai plus peur.





Vous serez peut-être surpris de voir ce texte ici. En fait, je l'avais écrit il y a quelque chose comme six mois. Puis je l'ai relu, afin de faire le point sur moi-même. Je l'ai actualisé, éprouvant le besoin de coucher mes pensées par écrit afin de ne pas me figer dans le passé. Et enfin, je le montre en public, car cela me fait du bien de savoir qu'il évoquera des souvenirs de situations parfois similaires ou proches. Cette dernière idée m'aide particulièrement à relativiser les choses, à comprendre que ce n'est qu'une passe et que tout évolue.
Je sais, la démarche peut sembler spéciale voire bête, mais cela m'aide vraiment. Comme ça m'avait aidé quand j'avais écrit ce texte, affiché dans sa première ébauche ailleurs.
D'ailleurs, j'en avais fait un second, retraçant mon évolution, les grandes lignes ayant fondé ma personnalité.
Bizarrement, au moment de créer ce sujet, les choses semblent dures. Mais ça l'avait semblé aussi pour la première ébauche, puis après ça s'estompe, comme si je jetait un trop-plein comme on le ferait de ses poubelles. Je sais maintenant que pour moi, cette démarche n'est pas vaine.
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Severn
post 06/03/2009 20:08
Message #2


Candytuft
****

Groupe : Membres
Messages : 1 380
Inscrit le : 30/04/2003 12:57
Lieu : Rouen
Membre no. 202



Je te souhaite beaucoup de courage pour surmonter cette épreuve. On n'y croit pas toujours quand on est en plein dedans, mais on s'en remet, ça c'est sûr !


--------------------
"Because it does look very funny you know to see a black and white cow on its back in the middle of a stream. It is so just exactly what one doesn't expect of a cow." Ford Madox Ford
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Kylleuse
post 08/03/2009 16:39
Message #3


gardienne de Dragons
****

Groupe : Membres
Messages : 600
Inscrit le : 16/05/2002 23:00
Lieu : Montigny le Bretonneux.gif
Membre no. 19



Là tu es au point de stagnation et tu n'avanceras pas si tu ne déménages pas.
Le premier pas est le plus difficile et des jours pas drôles seront encore au programme mais un jour vient où l'on rencontre LA personne qui change tout, il faut juste ne pas s'emballer.

En attendant, bon courage à toi et ne désespère pas.


--------------------
user posted image N'oublie jamais,Homme que la femme est le plus diabolique instrument de torture jamais inventé pour te mettre au desespoir.Et puis si elle possède un rouloapatisseryspécial, Homme tu as intérêt à bien te planquer....
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
PoP
post 16/03/2009 20:43
Message #4


ragondin interstellaire
*****

Groupe : Membres
Messages : 3 059
Inscrit le : 16/05/2002 23:00
Lieu : DTC, au fond à gauche
Membre no. 8



Allez de l'avant, faites votre vie chacun de votre côté. Vous vous étouffez à rester sous le même toit à espérer revivre ce qui ne marchera plus.


--------------------
PoP
"Consommez malin, consommez du ragondin!"
user posted image
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Pistolero
post 24/03/2009 13:26
Message #5


Orc
***

Groupe : Membres
Messages : 412
Inscrit le : 01/11/2002 15:59
Lieu : Finistère, en attendant le Canada bientôt !
Membre no. 138



Merci de ces quelques paroles de soutien. Ça fait 6 mois que je sais que je dois partir pour pouvoir avancer, mais l'inertie n'est pas facile à surmonter. Au moins, j'arrive à faire avec et je sais que ça s'arrangera forcément (c'est déjà un net progrès par rapport à quelques années en arrière, ou je me serais effondré devant une telle situation). Dans tout ça, j'apprends que je suis plus fort que je ne le pensais, ce qui n'est pas un mal pour la confiance en soi.


Il y a deux jours, j'ai été face à une situation assez cocasse (on va la présenter ainsi). Comme tout un chacun, j'ai déjà été victime de quelques beaux râteaux. Ça arrive à tout le monde, rien de dramatique en soi. Mais j'ai expérimenter, "à l'insu de mon plein gré", le râteau préventif. Si si, préventif.
La recette est simple : prenez un homme timide, une femme divorcée qui manque visiblement de confiance en elle et un poste en CDD. Mettez la jeune femme en CDD, à côté du jeune homme timide. Laissez mijoter quelques mois, dans une entente cordiale et avec quelques sorties entre collègues.
Lorsque le CDD est terminé, l'ambiance est trouble. Pour épurer tout ça, mélangez la préparation avec une amie de la jeune femme, qui apporte une interrogation simple à cette dernière : un homme célibataire peut-il être sympathique avec une femme célibataire, sans arrière-pensée ?
Démoulez le résultat : un petit mail de la jeune femme, expliquant au jeune-homme que même si il s'est toujours comporté comme un ami (et qu'il est considéré comme un bon pote et non un simple ex-collègue), il ne faudrait pas qu'il lui vienne à l'esprit de vouloir tenter quelque chose dans le futur. On ne sait jamais, le futur ça fait peur.

On ne me l'avait jamais faite celle-là, le râteau préventif. J'hésite entre rire et pleurer.

Ce message a été modifié par Pistolero - 24/03/2009 13:28.
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Pistolero
post 15/04/2011 08:58
Message #6


Orc
***

Groupe : Membres
Messages : 412
Inscrit le : 01/11/2002 15:59
Lieu : Finistère, en attendant le Canada bientôt !
Membre no. 138



Ah ben la vie est vraiment tordue des fois. Si si ! Mais en bien.

Vous vous souvenez la fille du râteau préventif ? Bah je m'installe avec elle. EH oui m'sieur dames !

Rétrospective :
Début 2009, le râteau préventif, au moins tout était clair. Ça tombe bien, on se considérais comme des amis et du coup on a pu délirer ensemble sans arrière-pensée, d'aucun côté. Été 2009, je me rend doucement compte que j’attends avec impatience chaque instant avec elle, puis finalement qu'en fait elle me plait, que j'en suis amoureux. J'hésite à le lui avouer par honnêteté, sachant que rien ne se passera et qu'au final je risque de perdre on amitié (qui compte beaucoup à mes yeux).
Septembre 2009, petite soirée sympa qui finit chez moi pour la trilogie Alien. Elle est dans mes bras, les caresses arrivent, se font plus douces, plus insistantes... Eh oui, c'est une excellente surprise !

La suite ? Simple : elle s'installe à Honfleur en décembre 2009, puis quitte Honfleur pour venir un peu chez moi en septembre 2010. Ensuite, je quitte mon boulot (rupture conventionnelle un peu bizarre au bout de plus de 5 ans de bons et loyaux services), elle va suivre une formation à Vichy où je la rejoins, puis stage en Bretagne depuis un mois.

Et maintenant, un mois plus tard ? Bah on prends NOTRE appartement, en Bretagne, et j'ai un nouveau job. Ça fait plus d'un an et demie qu'on est ensemble.
Nouvelle copine, nouveau job, nouvelle région, nouvelle vie. Et


Comme quoi, avec un peu de temps, tout finit toujours par aller bien !


Voilà, juste le partage d'une petite tranche de vie en donnant quelques nouvelles. Si quelqu'un lit encore ce forum, sinon ça aura été le plaisir d'écrire un peu.
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Pistolero
post 15/04/2011 09:00
Message #7


Orc
***

Groupe : Membres
Messages : 412
Inscrit le : 01/11/2002 15:59
Lieu : Finistère, en attendant le Canada bientôt !
Membre no. 138



Ah, et j'oubliais : Roscoff, Santec, Carantec, etc... C'est beau, c'est bien, c'est bon, mangezen ! wahaha.gif
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Kylleuse
post 21/04/2011 21:25
Message #8


gardienne de Dragons
****

Groupe : Membres
Messages : 600
Inscrit le : 16/05/2002 23:00
Lieu : Montigny le Bretonneux.gif
Membre no. 19



Super pour toi (oui oui il y a encore qlq'un qui lit le forum) smile.gif
Comme quoi, il faut parfois beaucoup de patience pour que le bonheur arrive.


--------------------
user posted image N'oublie jamais,Homme que la femme est le plus diabolique instrument de torture jamais inventé pour te mettre au desespoir.Et puis si elle possède un rouloapatisseryspécial, Homme tu as intérêt à bien te planquer....
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Dude76
post 06/06/2011 22:35
Message #9


Goule
****

Groupe : Membres
Messages : 975
Inscrit le : 17/12/2002 10:28
Lieu : La Remuée
Membre no. 149



Clair, ce sont de bonnes nouvelles smile.gif

Kylleuse : Je ne passe plus que très rarement vu le très peu de vie sur le forum...
Avec d'autres, on croise davantage sur morebacks (ex post-posse), mais nombre de personnes nous manquent (en tout cas à moi, les chon/severn, les piotr, les PoP, GFx, peter pan, etc.).
Je croise de temps à autre Bunee sur Babelio (quoique quelque peu délaissé ces derniers mois).

Ce message a été modifié par Dude76 - 06/06/2011 22:36.


--------------------
Il y a 3 grands mensonges en informatique:
-Ca marche.
-C'est compatible.
-Ca sort bientôt.

user posted image
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
PoP
post 21/06/2011 23:20
Message #10


ragondin interstellaire
*****

Groupe : Membres
Messages : 3 059
Inscrit le : 16/05/2002 23:00
Lieu : DTC, au fond à gauche
Membre no. 8



On est sur le chan historique quasiment tous les jours 24/7 smile.gif
Plus le temps pour les forums, plus envie de poster sur OS depuis 2007.


--------------------
PoP
"Consommez malin, consommez du ragondin!"
user posted image
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Aronnax
post 23/06/2011 09:20
Message #11


Gobelin
**

Groupe : Membres
Messages : 72
Inscrit le : 06/08/2003 19:42
Membre no. 226



Bonjour à tous !

Je profite de ce post pour saluer tous les anciens. C'est toujours sympathique d'avoir de vos nouvelles via open space. Que le temps passe vite.


--------------------
"Si Dieu était soudainement condamné à vivre la vie qu'il inflige aux hommes, il se suiciderait" A.Dumas
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Julien
post 04/07/2011 07:28
Message #12


Goule
****

Groupe : Modérateurs
Messages : 870
Inscrit le : 16/05/2002 23:00
Lieu : Lyon, France
Membre no. 16



Félicitations, Pistolero smile.gif
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Pistolero
post 03/09/2011 10:35
Message #13


Orc
***

Groupe : Membres
Messages : 412
Inscrit le : 01/11/2002 15:59
Lieu : Finistère, en attendant le Canada bientôt !
Membre no. 138



Presque deux ans sans la voir. Elle m'avait demandé à plusieurs reprises, mais je n'étais pas disponible, ou ne le voulais pas. Finalement, nous avions convenu de nous voir une fois : annulé, la faute à un malaise de sa mère. Un peu de temps passe, on trouve une occasion de se revoir, enfin. C'était il y a trois semaines.

Lors de ce repas, nous avons évoqué le passé, ses regrets. Elle s'était excusée pour le mal qu'elle avait pu me faire, s'était expliquée. Je ne lui en voulais plus, depuis longtemps. Nous avions échangé sur le présent, sur nos avenirs, entourés de deux vieux amis et de son nouveau compagnon. Elle avait pleuré, mais au final m'avait semblé plus heureuse quand elle était partie, comme si le fait de tout dire, de passer du temps ensemble l'avait soulagée d'un poids ancien. Comme si elle avait besoin d'entendre que je ne lui en voulais pas.

Aujourd'hui, un appel. Je ne décroche pas, trop tôt. J'écoute le message quelques minutes plus tard, par acquis de conscience. C'est sa mère. Infarctus. Claire est décédée. Elle avait eu 29 ans il y a tout juste un mois. C'est trop jeune, trop tôt.

Sa mère m'a confié qu'elle était heureuse de m'avoir revu, que je comptais encore beaucoup pour elle. Le temps d'assimiler la nouvelle, de verser quelques larmes, de prévenir nos amis. Le temps d'écrire ces mots, pour laisser les émotions filtrer, passer, car comme toujours écrire me fait du bien dans les moments difficiles, m'aide à passer outre les difficultés. Je me rend compte que j'étais encore un peu attaché à elle, même si ce n'étais plus de la même manière, en tant qu'ami, ou peut-être quelque chose d'un peu plus qu'un ami.

Une page se tourne, de la plus horrible manière qui soit. Définitivement.



Un poème de circonstance, qu'elle aimait :

Arrête toutes les horloges, coupe le téléphone,
Jette un os juteux au chien pour qu’il cesse d’aboyer,
Fais taire les pianos et avec un tambour étouffé
Sors le cercueil, fais entrer les pleureuses.

Que les avions tournent en gémissant au-dessus de nos têtes
Griffonnant sur le ciel ce message : Il est Mort,
Noue du crêpe au cou blanc des pigeons,
Donne des gants de coton noir à l’agent de la circulation.

C’était mon Nord, mon Sud, mon Est et Ouest,
Mon travail, mon repos
Mon midi, mon minuit, ma parole, mon chant ;
Je pensais que l’amour durait pour toujours : j’avais tort.

On ne veut plus d’étoiles désormais ; éteins-les toutes ;
Emballe la lue et démonte le soleil,
Vide l’océan et balaie les bois ;
Car rien maintenant ne vaut plus la peine






Repose en paix. Toute ta vie, tu a lutté Claire. Maintenant, repose en paix.
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Data
post 16/09/2011 14:45
Message #14


Elfe
****

Groupe : Membres
Messages : 1 154
Inscrit le : 10/06/2002 23:00
Lieu : Terre fin XX début XXI.gif
Membre no. 63



Bonjour à Tous et a Toutes wink.gif






--------------------
user posted image se mêle de tout alors qu'on ne lui demande rien
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post

Reply to this topicTopic OptionsStart new topic
 

Version bas débit Nous sommes le : : 13/12/2017 10:04