IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

[ En ligne ] · Standard · Linéaire+

> Raw Ou Jpeg ?

piotr
post 28/07/2008 10:45
Message #1


Sale con
****

Groupe : Modérateurs
Messages : 2 054
Inscrit le : 16/05/2002 23:00
Lieu : Donnery (F-45450)
Membre no. 18



Les images ne sont pas forcément là pour illustrer un point technique. Elles sont là juste pour ... illustrer.

La plupart des appareils photo numériques peuvent produire au moins deux types de fichiers totalement différents lors de la prise de vue : le JPEG classique, et le format RAW. En disant "la plupart", cela désigne tous les reflexes, et la majeure partie des bridges. Les compacts n'offrent pas, sauf rares exceptions, la possibilité d'enregistrer en format RAW.

Qu'est-ce qui différencie le RAW du JPEG ? Des considérations techniques, principalement. Si la technique vous est indifférente ou presque, vous aurez gagné du temps : le JPEG est fait pour vous.

Pour schématiser, du moins dans un premier temps, le format RAW n'est pas vraiment une image, mais plutôt un flux de données binaires qui représente presque les données telles qu'elles sortent du capteur numérique de l'appareil photo au moment où le déclencheur est pressé et exposé. Le JPEG quand à lui est une image finie, c'est à dire que l'appareil photo applique grâce à sa mécanique interne (processeur de traitement) un certain nombres de réglages au flux de ces données issues du capteur afin de produire l'image finale. Ces réglages sont en partie intangibles (comme par exemple le de-bayer, qui consiste à éliminer les artifacts liés à l'arrangement des pixels sur le capteur qui diffère de celui de l'écran d'ordinateur), et d'autres réglables par l'utilisateur, comme la balance des blancs, la netteté, la saturation, et bien d'autres.

user posted image

Coucher de Soleil sur la Loire à Saint-Benoît sur Loire. Nikon D200, 18-200 VR, RAW, converti en JPEG grâce à Adobe Camera RAW 4.

Certains vont jusqu'à qualifier le RAW de "négatif numérique", compte tenu du fait qu'il est nécessaire de "développer", via certains logiciels dédiés, ces fichiers RAW afin d'en obtenir une image. Je n'irai sans doute pas jusque là, car les différences sont grandes - je ne suis pas persuadé que la comparaison soit totalement valide - mais l'analogie est bonne.

Ainsi, quand on prend une photo en RAW, il faut donc appliquer soi-même les réglages que l'appareil applique tout seul lors de la prise de vue en JPEG. Quel intérêt ?

La réponse peut varier dans une fourchette comprise entre "absolument aucun" à "c'est capital !" selon l'approche qu'on a de la photographie. À mon avis, les deux approches se valent totalement. Pour poser un premier jalon de réponse, il est cependant nécessaire de comprendre que le RAW représente ce qu'il y a de plus proche du signal en provenance du capteur, alors que le JPEG, en tant que produit fini, est une transformation, puis une compression des données. Un JPEG utilise une place bien moindre qu'un RAW, et pour y parvenir, il détruit une partie du signal. La plupart du temps, c'est totalement invisible.

Le JPEG a plusieurs avantages clés, dont voici ceux qui me semblent les plus pertinents :
  • La facilité - c'est évident, c'est le format par défaut de tous les appareils photo ;
  • La rapidité : l'appareil photo applique instantanément les réglages qu'il juge les plus adaptés, et/ou que l'utilisateur a voulus ; il n'y a pas à passer derrière ;
  • La réactivité : sur les appareils de puissance plus modeste, l'écriture d'un JPEG est ce qu'il y a de plus rapide, et ne bloque pas l'appareil photo ;
  • La compacité : le JPEG produit des images de petites taille comparé au RAW, d'un facteur 2 à 10 en fonction de l'image et de l'appareil ;
  • L'universalité : un JPEG peut être lu par n'importe quel programme, appareil, ou application, ce qui n'est pas le cas du RAW ;
  • La qualité : la plupart des appareils photo produisent à ce jour des JPEGs dont la qualité surpasse de loin celle des appareils vieux de ne serait-ce trois ans. Les progrès en la matière sont saisissants.
user posted image

Lune Gibbeuse. Nikon D200, Nikkor AI 20 mm ƒ/4, RAW, converti en JPEG grâce à Adobe Camera RAW 4

Les inconvénients du JPEG sont in fine assez peu nombreux.
  • Très rares maintenant sont les appareils qui dégradent les images JPEG à cause d'artifacts de compression car les algorithmes ne cessent de se perfectionner ;
  • Prendre ses photos en JPEG impose de bien connaître son appareil et bien comprendre son sujet, et la photo que l'on souhaite réaliser, afin de déterminer à coup sûr les réglages que l'on souhaite employer. Il faut donc comprendre comment utiliser la correction d'exposition à bon escient, la saturation, les programmes, etc ;
  • Un fichier JPEG offre moins de latitude technique pour réparer dans un logiciel les erreurs lors de la prise de vue. Encore une fois, c'est la raison pour laquelle il faut une bonne maîtrise de sa machine. Ce n'est donc pas nécessairement un problème en soi ;
  • Toujours sur le plan technique, un fichier JPEG ne code l'information que sur 8 bits par canal, c'est à dire, qu'il peut reproduire 256 nuances de rouge, 256 nuances de vert, et 256 nuances de bleu, pour un total de 16 277 216 couleurs, alors que le RAW lui, peut le coder sur 12 bits, voire 14 pour certains. La comparaison est assez cela dit assez trompeuse, car le JPEG ne stocke pas les mêmes informations de la même façon que le RAW - on y reviendra. Encore une fois, ce genre de considérations vous intéressera principalement pour des raisons bien précises.
user posted image

Basco, berger australien. Nikon D200, Nikkor AI 50 mm ƒ/1,4, JPEG.

Cela tranche avec les nombreux désavantages du RAW :
  • Les fichiers générés sont relativement volumineux, oscillant entre 6 à 16 Mo par image pour un reflex comme le Nikon D200 (10 millions de pixels) ;
  • L'écriture de fichiers si gros prendra plus de temps que des JPEGs. Sur certains bridges, l'appareil peut faire un blackout de plusieurs secondes consécutives, et vous perdrez peut être la photo du siècle ;
  • Le transfert de ces fichiers prendra plus de temps entre l'appareil photo et l'ordinateur ;
  • Un fichier RAW doit être décodé pour être affiché correctement ;
  • Un fichier RAW ne peut pas être envoyé directement à un correspondant par mail, mis sur le web, donné à un client, etc. ;
  • Un fichier RAW nécessite un logiciel spécialisé ;
  • Un fichier RAW nécessite un traitement complet, et donc, un certain nombre de connaissances précises ;
  • Un fichier RAW est un format de fichier fermé, parfois crypté, et pose certains problèmes de pérénnité ;
  • Prendre toutes ces photos en RAW nécessite donc plus de temps et d'espace que de les prendre en JPEG.
user posted image

La patrouille de la Marche Verte Marocaine - Nikon D200, 18-200 VR, RAW, conversion en JPEG par Apple Aperture 2.1

Alors pourquoi diable s'enquiquiner avec du RAW si le JPEG est tellement mieux ?

Simple : si vous vous posez la question, c'est que le RAW n'est pas fait pour vous. Prenez vos images en JPEG, elles seront très certaintement tout aussi bien !

Est-ce vraiment aussi simple : heureusement que non. Fort heureusement.

Les avantages du RAW sont nombreux. À titre personnel, ce qui n'engage donc que moi, je prends mes photos en RAW plutôt qu'en JPEG. Voici pourquoi :
  • C'est potentiellement la meilleure façon de tirer la substantifique moëlle de ce qui sort de votre appareil photo dans tous les cas. Il n'y a pas de dégradation d'aucune sorte appliquée aux images.
  • Le RAW a dans l'ensemble et la plupart des cas, une meilleure dynamique, c'est à dire, qu'il peut reproduire un ensemble de tons et de clartés plus grand que le JPEG
  • Le RAW permet d'appliquer exactement le réglage que l'on souhaite à une photo ou des photos données, alors que le JPEG impose de les faire lors de la prise de vue.
  • Le RAW permet dans la plupart des cas de pouvoir mieux faire ressortir des tons trop sombres ou faire revenir des tons très clairs sur des sujets très contrastés. Attention, ce n'est pas une arme absolue, mais les résultats sont, d'après ma modeste expérience, la plupart du temps meilleurs que sur un JPEG, en faisant ressortir moins de bruits, moins d'artifacts
  • Certains réglages n'existent tout simplement pas dans l'appareil photo, même les boîtiers les plus onéreux. On retiendra par exemple la Clarté dans Adobe Camera RAW (ou son équivalent dans Aperture), ou la possibilité de régler depuis l'appareil une compensation pour les tons clairs ou tons foncés comme on le ferait pour la saturation ou la netteté. On peut travailler sur le JPEG résultant, mais mon expérience personnelle m'a montré que les résultats étaient incomparablement meilleurs depuis un RAW.
  • Certains ajustements, comme la correction de l'exposition sur l'ordinateur, sont bien plus efficaces en RAW qu'en JPEG. C'est en partie lié à la dynamique plus grande du RAW, et en partie lié à la façon dont sont stockées les informations. Le résultat est qu'il est possible d'obtenir de meilleures couleurs, de meilleurs contrastes. -- Une note : Avec le D300 et le D3, Nikon a introduit ce qu'il appelle le D-Lighting, (D pour Dynamic), qui propose un embryon de réglage des tons sombres et foncés. C'est un bon début, mais les effets sont subtils (ou timides selon que l'on appréhende la chose).
  • Le RAW a tendance à produire de meilleurs résultats sur les scènes fortement contrastées.
  • Il n'est pas toujours facile d'arriver à tous les coups à tomber pile sur le bon réglage d'appareil photo, surtout si l'action bouge vite au regard de vos capacités de photographe du dimanche. Si vous êtes professionel, cet article ne vous concerne pas, donc vous maîtrisez le processus sans avoir à s'abaisser à utiliser du RAW.
  • Il se peut qu'un réglage choisi à un instant s'avère mauvais quand vous affichez l'image sur votre écran. Image trop saturée, trop nette ou pas assez en fonction du sujet, mauvais compensation d'exposition. Auquel cas si vous voulez vraiment sauver la photo, il faudra mettre les mains dans le cambouis. Et donc passer du temps. Comme on le fait en RAW. Dans ce cas, non seulement vous n'avez qu'un JPEG, mais en plus, moins de marge de manœuvre. La belle affaire ! Le RAW peut donc souvent servir de "filet de sécurité", en vous donnant un peu de marge supplémentaire, et en différant la phase de la décision esthétique ou artistique. Mon approche est de privilégier le cadrage, la composition et l'exposition sur le terrain, sur le moment, sur l'instant, et bien souvent, quand il n'y a pas de seconde chance. Une fois devant l'écran, je m'applique à donner des couleurs, à recadrer si besoin, à déterminer la netteté. C'est très rapide en vérité, d'autant que la pratique permet d'apprendre à gagner du temps. Je n'ai jamais eu pour quelque raison que ce soit à regretter d'avoir pris mes photos en RAW. J'ai quelques photos que je regrette d'avoir prises en JPEG.
Une note cependant : si le RAW n'applique aucun des réglages de finalisation, il restera en revanche absolument nécessaire d'exposer correctement sa scène. Les sciences physiques étant ce qu'elles sont, un capteur d'appareil photo ne peut pas reproduire une infinité de nuances. Si votre photo, même prise en RAW, est mal exposée, alors certaines ombres resteront irrémédiablement noires, et certains reflets immanquablement brûlés. Le RAW ne vous aidera absolument pas à compenser une mauvaise exposition.

En revanche, pour ces raisons de différences de dynamique, il est possible de récupérer des tons que l'on croyait perdus (sombres ou clairs) avec un aspect de l'image final qui sera dans l'ensemble plus naturel que le JPEG.

user posted image

Voûtes de l'oratoire Carolingien de Germigny-des-Prés dans le Loiret. Nikon D200, 18-200 VR2, tenu à la main, RAW. Conversion en JPEG par Adobe Camera RAW 4.

Enfin, une photo sans intérêt sera toujours sans intérêt en RAW. Ça ne changera rien au problème.

Le RAW a aussi un certain nombre de vertus, principalement celle d'être pédagogique et d'attiser la curiosité. Connaître la technique photographique aide à s'améliorer, et ainsi, permet de prendre de meilleures photographies. Là encore, il ne s'agit que d'un point technique, car une belle photo, c'est un instant, une émotion, une vision, un cadrage, etc. et une photo sensationnelle peut être sensationnelle en étant navrante sur le plan technique. Mais comme on ne peut pas non plus écarter purement et simplement la connaissance technique, il faut donc y passer.

Le RAW est une démarche volontaire : personne n'est obligé de faire du RAW pour faire de belles photos. Ça n'a rien à voir. C'est juste une approche différente, qui parfois peut être très gratifiante, alors qu'on voit un résultat bluffant par rapport à un original RAW qui semble fade, ou de voir se dessiner progressivement les contours d'une belle image.


--------------------
"Des asiles de cons ... On devrait construire des asiles de cons, mais vous imaginez un peu la taille des bâtiments ! - André Dussolier

user posted image
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
 
Reply to this topicStart new topicStart Poll
Réponse(s)
piotr
post 21/07/2009 11:54
Message #2


Sale con
****

Groupe : Modérateurs
Messages : 2 054
Inscrit le : 16/05/2002 23:00
Lieu : Donnery (F-45450)
Membre no. 18



En fait il n'y a pas vraiment lieu de s'alarmer à ce sujet. Le problème a de toutes manières toujours existé, parce que par le passé, on avait une myriade de formats de films photographiques et cinématographiques tous différents, et tous incompatibles entre eux, de par leurs dimensions physiques, et qui nécessitait pratiquement un projecteur ou un agrandisseur spécifique pour pouvoir être relus ou retirés par la suite.

En numérique, on a la chance d'avoir une plus grande flexibilité et une plus grande pérénnité.

En ce qui me concerne, je garde mes fichiers dans leur format RAW d'origine, sans les convertir en DNG, parce que visiblement, le format n'a pas vraiment l'air de susciter plus d'intérêt que ça. Pour être intéressant, il faudrait que TOUS les appareils photos aient une sortie DNG codée en dur, et en fasse leur format par défaut, et ce n'est pas prêt d'arriver.

Il y a deux raisons essentielles qui motivent ce choix de conservation tel quel :

- les logiciels de développement de RAW vont toujours en se complexifiant, et très rarement en se simplifiant, il y a donc fort peu de chances qu'un format supporté aujourd'hui ne le soit plus par le passé, surtout quand on sait combien de nombreux photographes professionnels tiennent à ce que leur RAW fonctionne. On est pas à l'abri d'un revirement, mais eh, c'est exactement comme ça dans tous les domaines.

- La solution imparable consiste à virtualiser un système d'exploitation obsolète pour faire fonctionner un logiciel ancien. Imaginons que dans 20 ans, les logiciels disposent d'algorithmes si perfectionnés qu'ils peuvent convertir un sale RAW pourri de nos appareils actuels en merveille de qualité ... sauf que pas de chance, les logiciels du moment ne lisent plus le format en question.

Eh bien de la même manière que si des données vitales doivent être lues et récupérées dans un vieux logiciel qui ne tourne que dans un environnement windows en 16 bits, qui ne fonctionne plus avec un environnement windows 64 bits, il est parfaitement possible de faire fonctionner un vieux Windows 3.11 dans un logiciel de virtualisation comme VMWare, VirtualBox, etc. Dans 20 ans, on sera peut être amenés à virtualiser un vieux Windows Seven SP3 pour faire un travail de conversion. C'est juste dur d'être visionnaire à cette échelle smile.gif

En ce qui me concerne, je crois qu'il y a fort peu de risques que des fichiers soivent définitivement impossibles à lire à cause de leur obsolescence.

Les risques sont bien plus grands de PERDRE totalement ses photos à cause de CD-R ou de DVD-R défectueux - et le pourcentage de supports défectueux est trop important à mon goût - ou de crashes de disques durs.

Dernière règle : en RAW il n'y a jamais de traitement définitif. Les goûts changent et les logiciels se perfectionnent. Aussi, il y a fort à parier qu'on puisse être amené à développer différemment une photo, surtout compte tenu des avancées techniques en matière logicielle.


--------------------
"Des asiles de cons ... On devrait construire des asiles de cons, mais vous imaginez un peu la taille des bâtiments ! - André Dussolier

user posted image
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post

Posts in this topic


Reply to this topicTopic OptionsStart new topic
 

Version bas débit Nous sommes le : : 16/01/2018 10:42